Marie-Christine LLorca

19 octobre 2020

Pas de commentaire

Accueil Actions d'AGO

C’est quoi l’innovation pédagogique ?

C’est quoi l’innovation pédagogique ?

« D’abord interviewée dans le cadre de l’émission radio le gecko et la Fourmi, j’ai eu envie de prolonger le partage autour de ce que l’on pourrait attendre d’une innovation pédagogique » .

MC Llorca

Apprendre autrement, une méthode pédagogique innovante qui prend en compte la soutenabilité globale chez LUMIÅ, l’école du « monde d’après ».
La première promotion a commencé ce parcours atypique en septembre dernier.
🎙 Christophe Sempels témoigne de ce nouveau modèle apprenant au micro du Gecko & la Fourmi.
🎙 Marie -Christine LLORCA a partagé sa vision de l’innovation pédagogique.

Émission radio : Le Gecko et la fourmi

L’éducation durable, une préoccupation ancienne

Cette préoccupation s’inscrit dans les objectifs du Le Forum Économique Mondial qui a publié en 2016 une liste de compétences  de demain savoir faire- savoir aborder la complexité du monde et personnalité – s’adapter au monde en développant les  aptitudes à interagir socialement et émotionnellement.

Compétences : renforcer la connaissance de soi pour être plus créatif ou cultiver des retours constructifs pour renforcer l’esprit critique .

Méthodologies : le jeu, le renforcement de l’analyse et du raisonnement ou l’utilisation d’approches pragmatiques

Avant lui, en septembre 2015, les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD ou Agenda 2030) ont été adoptés en par 193 pays aux Nations Unies : l’ éducation de qualité côtoie les préoccupation de 0 pauvreté ou de qualité des eaux ou d’égalité entre les sexes, et c’est bien.   

ODD

En 1992, l’agenda 21- Lors du Sommet de la Terre, à Rio en 1992, un programme de 40 chapitres a été établi afin de décrire les priorités des Nations Unies en matière de développement durable pour le 21e siècle et d’aider les décideurs à les mettre en œuvre. Ce programme porte le nom d’Agenda 21. Le chiffre 21 signifiant « pour le 21 siècle ».

Les axes forts sont :

  • L’interdisciplinarité et la transversalité des projets
  • L’adoption de pédagogies actives
  • L’éco-citoyenneté

Il existe déjà des initiatives amies : avant Lumia, le CRI !  

Au CRI, on co-construit et partage de nouvelles manières d’apprendre, d’enseigner, de faire de la recherche et de mobiliser l’intelligence collective dans les domaines des sciences du vivant, de l’apprendre et du numérique pour relever les objectifs de développement durable (ODDs) des Nations Unies.

Le CRI développe et accueille des programmes d’enseignement qui vont de la maternelle au lycée, avec Savanturiers – École de la Recherche, de la licence au doctorat et s’étendent tout au long de la vie, au sein de l’Université de Paris.

Au cœur du CRI se trouvent un co-laboratoire de recherche INSERM, un MakerSpace spécialisé en innovation frugale et un laboratoire digital.

Le CRI à Paris  fondé en 2006 par François Taddei ( Centre de Recherches Interdisciplinaires1 (CRI) de  L’Université de Paris (2019)

Innover pourquoi ?

Si c‘est permettre l’expression des potentialités et des individus et des collectifs , le renforcement  des capacités d’apprendre de chacun, développer l’intelligence entendue comme la capacité à être pleinement là  et à faire  des liens, alors ça vaut la peine de s’y pencher.

Innover comment ?

1/En donnant une place juste aux technologies

Ne confondons pas technologie et innovation !

La technologie numérique en particulier, est un moyen qui viendra s’articuler à l’ensemble des différentes modalités. En amplifiant les situations d’apprentissage par les potentiels du numérique, en particulier le collaboratif, la personnalisation, l’accessibilité, oui la technologie est une part de l’innovation ! . Ça signifie de se plonger dedans et d’analyser le potentiel des outils pour les inscrire dans un projet d’apprentissage. On peut même être inspiré par les outils pour avoir de meilleures idées pédagogiques ! si je sais que Padlet est un mur numérique de post-it et qu’il peut être collaboratif, je vais penser à créer une activité intersession de collecte d’information en image, son, vidéo sur une thème à partager ensuite … plus dur avec des papiers collées au mur en présentiel !    

Innover en donnant une juste place aux technologies …

2 /En adoptant résolument la multimodalité

L’innovation va résolument passer par la multimodalité des moyens et des situations d’apprentissage, pas uniquement entendue comme une combinaison numérique et présence, mais comme la combinaison des types de lieux où on apprend (en salle, dans des lieux informels, en déambulation parce que marcher fait émerger des idées flottantes) des effectifs (seul en groupe avec ou sans formateur), des supports (du papier, des murs d’écriture, des applis collaboratives, du maquettage), des types de productions  (quizz, production complexe) Bref, la valse orchestrée des  situations d’apprentissage dans la multimodalité !   

Innover par la multimodalité

3/En ouvrant notre rapport aux espaces d’apprentissage

On peut travailler la reconfiguration des projets architecturaux mettant au centre les déplacements libres, en adoptant une logique d’usage. Creusons un peu la question des espaces : j’ai envie de la travailler pour aller plus loin dans le cadre des dispositifs d’apprentissage que je co-construis. Je me propose de réaliser l’inventaire des espaces qui existent, de repérer leur « potentiel d’apprenance » pour s’en saisir en fonction des projets et des besoins. Il sera par exemple peut-être utile de s’installer dans un jardin pour organiser des débats en petits groupes…

Si les espaces sont vides ou modulaires, l’enjeu devient de les « fonctionnaliser », de façon flexible, comme on pose le décor d’une scène de théâtre sur un plateau vide. On parle  au Québec de pédagogie en aménagement flexible.  

Innover en ouvrant les espaces d’apprentissage

4/ En étant facilitateur des apprentissages

L’arrivée rapide du Learning à renforcé paradoxalement les postures des pédagogie Transmissive. En effet, un diaporama commenté et un film qui donne accès à des connaissances n’a jamais été actif ou interactif. La facilitation des apprentissages permettra de dépasser ces postures transmissives. D’abord en créant puis en favorisant l’appropriation de la situation d’apprentissage par une alliance et un soutien à l’autonomie. Philippe Carré parle joliment de catalyseur d’apprenance dans son dernier ouvrage « Pourquoi et comment les adultes apprennent ». Dunod 2020

Et n’oublions pas que le pédagogue c’est celle ou celui qui va donner du gout ou redonner le gout.Accompagnons donc les apprentissages par la pédagogie.  Cherchons à faire apprendre plus qu’à former ou à enseigner.  

Innover en étant facilitateur des apprentissages

5/En faisant de la transparence pédagogique pour un apprenant réflexif

Ce qui serait résolument innovant c’est d’expliquer ses intentions pédagogique, voire même ses questionnements et ses options. Car plus le formateur va partager ses intentions avec  l’apprenant, plus ce dernier sera conscient. Il partagera le projet qui a été anticipé pour elle ou lui et pourra être à même de le négocier ; l’apprentissage s’inscrira de façon heureuse dans une dynamique intentionnalité-réciprocité-accordage déjà décrite par les théoriciens de la médiation des apprentissages (R.Feueurstein et J.Bruner entre autres)

Innover en étant transparent pour un apprenant réflexif

6/En apportant des horizons qui habituellement ne se croisent pas

L’innovation, au-delà  des modalités pédagogiques, a besoin de contenu et ils peuvent être apportés à l’apprenant  par des univers qui ne se croisent pas forcément . On peut imaginer aller voir ailleurs ce qui se passe ou faire venir un architecte pour parler de créativité dans les contraintes, d’un apiculteur pour le rapport physique à l’animal, un comédien sur son usage de la voix, de la mémoire et de l’espace ou aller vers avec des voyages apprenants qui font que les croisements de matrices créent quelque chose de nouveau – cela amplifie la  définition du LIEU pas seulement comme une localisation géographique, mais un endroit où il se passe quelque chose, où se crée une occasion d’apprentissage

Innover en allant ailleurs

Globalement en créant des architectures de formation complexes invisibles et élégantes … et inachevées

Il me semble en effet important de créer des dispositifs complexes

  • qui prennent en compte la complexité de l’environnement et des acteurs,
  • qui anticipent les feed-back et les moyens d’être régulés
  • et qui avancent en mode agile en prenant en compte les opinions du système d’acteurs.

Comme un architecte anticipe au mieux un bâtiment pour qu’il soit le plus possible viable, et la vie dedans ensuite sera d’autant plus fluide que les espaces ne seront pas pleins ni bloqués. Ils se laisseront possiblement modifier par les usages, et les changements qui pourraient advenir. En ce sens on peut parler de structure ouverte d’apprentissage.  

L’innovation pédagogique, ou l’innovation quelle qu’elle soit, ne peut pas faire l’économie de la réflexion et de l’élégance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager cette actualité